Blabla

Gravé à jamais

17 novembre 2015

Dans ma tête, c’était décidé je ne voulais pas faire d’article sur ce sujet.

Un sujet trop difficile à aborder. Et puis tellement de monde en parle que ce que je ressens ne peut être qu’insignifiant et perdu dans la masse. Mais au final, c’est une partie de notre histoire, malheureusement, qui c’est écrite ce vendredi.

Je suis le genre de personne qui à du mal à réaliser ce qui arrive. Et cela fonctionne pour tout (les bonnes comme les mauvaises nouvelles). Il me faut du temps, pas mal de temps pour comprendre qu’une chose est arrivée. Et pour moi écrire sur un sujet, c’est bien en comprendre le sens. Même si pendant cette fameuse nuit, je n’ai pas réussi à dormir, les yeux fixés sur les informations. C’est comme si mon cerveau n’arrivait pas à analyser, à digérer cette nouvelle, cette horrible nouvelle. Après ça, j’ai essayé de continuer ma vie normalement, comme si de rien n’était ou presque (d’où mon article beauté d’hier). Mais je me suis rendue compte que cela m’était impossible. J’avais juste l’impression de rejeter encore plus la réalité. Pourtant, elle est bien présente. Cette réalité, je la vis tout au long de la journée. Les gens ne parlent presque que de ça, ils sont tellement touchés et c’est bien normal. Quand on est au travail, quand on est dans la rue, quand on fait ses courses, quand on regarde la Tv. C’est une réalité de chaque instant. Aujourd’hui, 4 jours après , j’ai compris, que ce n’était pas un mauvais rêve, j’ai compris que c’était la réalité.

NOTRE REALITE.

Alors on avance, on vit avec cette flèche dans le coeur. Il faut se relever et se battre contre cette réalité qui est devenu la notre. Un instant, tout va bien, on est au restaurant, on profite, on vit. Et l’instant d’après, on apprend le pire, l’horreur. Quelque chose s’est effondré, s’est cassé et qu’il faut combattre tout ça, que notre vie ne sera plus aussi ‘paisible’ qu’auparavant.

Vivre dans la peur, dans la crainte ce n’est pas vivre. Vivre pour moi, doit être un synonyme de liberté. La liberté de penser, de faire. Et vivre doit nous apporter de la joie et ce vendredi 13 novembre est tout le contraire.

Je vous ai fais une sélection de quelques musiques qui me touche tout particulièrement :

 Let it all go – Birdy

Photograph – Ed Sheeran

Imagine – John Lennon

Hallelujah – Jeff Buckley

How to save a life – The fray

#prayforparis

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply solenne 17 novembre 2015 at 22 h 15 min

    j’ai moi aussi écris à propos de tout ça, ça m’a fait du bien. on n’a ptre pas les bons mots mais poser des mots sur ce que l’on ressent et le partager ça soulage, un peu…
    L’amour triomphera, j’ose y croire !
    xoxo

  • Leave a Reply

    %d blogueurs aiment cette page :